4ème place sur la Mini en Mai

11249237_10153028023761865_748816439531908385_nUne très belle place sur cette Mini en mai! Nous étions 25 prototypes à nous élancer sur cette Mini en mai et les meilleurs bateaux étaient présents. Peu d’autres bons bateaux rejoindront la flotte pour la Mini-transat en septembre 2015, c’était donc un véritable test et aussi la première course de la saison. Avec cette 4ème place, je suis très heureux d’occuper les devants de la course. Encore quelques améliorations sur le bateau et le podium n’est plus très loin!

Le résumé de la course:

Jour 1: Le départ était un peu original, nous sommes partis les uns après les autres en fonction de nos temps d’arrivée à la dernière course. Les conditions étaient musclées, vent de travers, plus de 25 noeuds et une mer formée. Tout de suite un groupe de protos s’est formé, poussant nos machines à 200%, nous étions à 200 m les uns des autres, ne lâchant rien! Dans ces conditions, 10min d’inattention se paient chers, les écarts se creusent quand chacun arrête de barrer par nécessité (manger, réparer, régler les voiles…). C’était vraiment un moment spécial, très intense!

Nuit 1: Cette course poursuite continua jusqu’au milieu de la nuit quand nous avons atteint le plateau de Rochebonne au large de l’île de Ré. Bien placé à ce moment là, on envoie tous, le grand spi avec quelques secondes d’écarts… Malheureusement pour moi, le mien me reste dans les mains, déchiré en deux. Gros coup dur, je vois mes concurrents glisser tranquillement sous mon vent alors que j’envoie un spi plus petit. A ce moment là, mes chances s’amenuisent, je booste mes réglages de voile à coups d’astuces et je regarde mes cartes. Comment rester au contact dans ces conditions? Prendre des risques et aller chercher la prochaine bouffée de vent qui arrivera le matin et se décaler au sud des concurrents!

Jour 2: Alors que le soleil se lève je retrouve les autres bateaux à quelques centaines de mètres de moi, je souffle un peu, rien est encore perdu. La mer est devenue plate et et nous filons au près serrés vers l’île de Ré. Alors que je me rapproche de La Rochelle, avec la fatigue d’une première nuit intense, une voile en moins et un réchaud qui ne veut pas marcher. J’avance vers mon port d’attache le ventre vide et le moral dans les chaussettes: Après le pont de l’île de Ré il faudra retourner à la Trinité en utilisant une voile que je n’ai plus…. Mais la chaleur du soleil, les batailles de virements de bords et la visite de bateaux remplis d’amis Rochellais me redonnent confiance en mes chances. Je m’élance donc au portant avec Ludovic Méchin sur son 667 à mes cotés qui prendra rapidement de l’avance avec son beau grand spi. Je sais que je n’ai aucune chance alors je fais au mieux, je me positionne là où le nouveau vent devrait arriver et je prends du repos en prévision de la nuit prochaine. Si ça marche, il y aura encore une belle bataille cette nuit!!!

Nuit 2: Le vent rentre!!! Ça y est le vent est là et je suis tout seul à en profiter! Chanceux, j’apprécie mon spi médium (qui ne me quitte plus) dans un moment de pur bonheur: le bateau plane sur une mer plate alors qu’un soleil orange se couche sur l’horizon, magnifique! Mes batteries sont à fonds et j’ai envie de me battre pour une place honorable. Je ne connais plus la position de mes concurrents depuis plusieurs heures maintenant. La nuit tombée, j’aperçois les lumières d’un voilier sous mon vent, légèrement derrière. Me suis-je fait rattraper par Nicolas D’Estais (630)? ou serait-ce un de ceux qui me sont échappés ce matin? Une chose est sure, mon objectif maintenant est de le laisser derrière! Je passerai donc ma nuit entre des grains orageux, à observer les lumières de ce concurrent derrière moi. Quelques heures plus tard, je passe la ligne d’arrivée et j’apprends par Yves Leblevec, venant m’acceuillir que je suis 4ème! Grand moment de joie, mes objectifs sont plus que remplis et les 3 premiers, amis et concurrents m’attendent sur le ponton un bière à la main. C’est ça l’esprit Mini!